Aller au contenu
Accueil » Évolution des prix et des tendances sur le marché immobilier en 2022

Évolution des prix et des tendances sur le marché immobilier en 2022

Alors que les prix de l’immobilier n’ont cessé de baisser depuis le début de l’année 2021, le marché semble se stabiliser à nouveau. Une bonne nouvelle pour tous les Français qui souhaitent devenir propriétaires de leur entreprise. Quelles sont donc les tendances les plus attendues pour l’avenir ? Peut-on penser que la crise sanitaire a modifié le marché ?

Qu’il s’agisse d’un nouveau logement ou d’un ancien, de la ville ou de la campagne, voici les principales tendances immobilières pour l’année 2022.

La route française vers la campagne

Pendant la crise sanitaire, de nombreux citadins ont été contraints de vivre à l’étroit pendant des mois. Ces deux dernières années, l’envie de plein air et de nature a été plus prégnante que jamais, alors même que de nouvelles sortes de prestations de particulier à particulier ont vu le jour : le placement d’une piscine, l’emplacement d’un jardin, etc. Sur le marché actuel, les acheteurs français recherchent des propriétés avec de grands espaces ouverts afin d’agrandir leur espace de vie et de s’installer dans un environnement paisible.

Outre l’intérêt croissant pour la nature et les grands espaces, les habitudes de travail ont changé. Malgré le retour de l’activité, de nombreux salariés sont encore en télétravail, un système qui fait le bonheur de nombreuses entreprises. Flexibilité des horaires, praticité pour les salariés, meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie familiale sont autant d’objectifs que les Français recherchent aujourd’hui.

C’est donc tout naturellement que l’on choisit de poser ses bagages à la campagne pour faire de son nouveau logement une résidence principale ou secondaire. Grâce à l’avènement du travail à distance, les employés ne sont plus confrontés à des restrictions géographiques, ce qui leur permet de s’installer dans un environnement plus ouvert, plus serein et plus vert. Cet exode urbain se manifeste dans les statistiques de vente pour 2021, selon le CSN (Conseil Supérieur du Notariat).

On constate un véritable abandon du centre ville pour une course vers les maisons extérieures. Entre janvier et octobre 2021, les prix des appartements en France augmenteront de 5,2 %, tandis que les prix des maisons augmenteront de 9 %.

Dans des villes comme Poitiers, Vannes et Cherbourg, nous avons constaté une augmentation du prix au mètre carré. Malgré cela, il convient de noter que les investissements dans les grandes villes françaises présentent un attrait économique important.

Les prix se stabiliseront d’ici 2022

Les prix de l’immobilier vont continuer à augmenter fortement jusqu’en 2021. Un pic des coûts d’emprunt qui s’accompagne d’une hausse significative des taux d’intérêt. Selon la Banque de France, les prix des logements devraient se stabiliser d’ici 2022 à un taux annuel médian de 2 %, selon une étude de S&P.

En raison de la baisse des ventes, on observe une certaine stabilité, qui peut s’expliquer. La croissance du marché immobilier n’a pas suivi l’expansion du pouvoir d’achat. Les acheteurs ne parvenant pas à suivre le rythme, une baisse des prix pourrait être observée dès 2022.

Afin d’éviter le risque d’une crise financière, le Haut Conseil de la stabilité financière a pris un certain nombre de mesures. De ce fait, il est beaucoup plus difficile pour les Français de devenir propriétaires. Selon la nouvelle loi, les banques doivent respecter un plafond de taux d’intérêt de 35 % et ne pas dépasser 25 ans pour la durée de leurs prêts.

Le marché immobilier étant sursaturé, de nombreux acheteurs reportent la soumission de leurs offres à plus tard dans l’espoir de trouver un bien répondant à leurs critères. En 2022, c’est une année électorale, ce qui attire souvent l’attention des futurs acheteurs.

Cette année 2022 pourrait donc redonner du pouvoir aux acheteurs dans les négociations sur le prix ou le délai de livraison, qui sont aujourd’hui assez tendues.

Au passage, on constate une stabilité du coût de la vie sur le long terme, comme le montre la loi encadrant les coûts d’occupation des sols dans les zones de forte demande et la crise de la santé, qui met directement en cause les ressources financières de la France. Selon le Conseil des notaires, certaines zones pourraient encore connaître une hausse des prix de 10%, malgré la tendance générale à la stabilité. Poitiers, Reims, Béziers, Pau et Limoges comptent parmi les plus belles villes de France.

La relation symbiotique du marché du logement neuf

La réintroduction de la loi Pinel, qui vise à encourager la construction de logements neufs via l’octroi d’avantages financiers, pourrait bientôt contribuer au rééquilibrage du marché du logement neuf. Pour ne rien arranger, les réductions d’impôts devraient être encore moins attractives d’ici 2023. Pour rappel, le dispositif Pinel sera retiré en décembre 2024 au profit du dispositif Pinel plus. En 2023, il sera plus restrictif et ne s’appliquera qu’à un nombre limité de projets immobiliers.

Notons également la prolongation du prêt à taux zéro jusqu’en décembre 2022, qui devrait renforcer le marché de l’immobilier neuf. Dans des conditions de ressources particulières, il peut être utilisé pour permettre aux familles à faible revenu d’acheter un bien tout neuf dans des zones très demandées sans avoir à rembourser les prêts ou les intérêts qu’elles ont déjà contractés.